WELTEC BIOPOWER construit une usine de biogaz de 7 Mégawatts à proximité de Séoul

La Corée du Sud mise sur la production de chaleur à partir de déchets alimentaires

A l'automne 2020, WELTEC BIOPOWER va lancer la construction d'une usine de méthanisation en Corée du Sud. Dans cette unité en construction dans la province Gyeonggi-do à 60 kilomètres au nord de Séoul, le biogaz sera transformé en chaleur dans une chaufferie. La mise en service de l'installation de 7 Mégawatts aura lieu dès le printemps 2021, elle méthanisera jusqu'à 93.000 tonnes de restes alimentaires par an, également en provenance de ménages de la région.

Depuis l'entrée en fonction du Président Moon Jae-in, l'état n'a cessé d'œuvrer pour devenir autonome dans le secteur de l'électricité et de la chaleur et pour augmenter la part des énergies renouvelables de manière significative. Récemment, un Green New Deal a été annoncé pour obtenir la neutralité carbone d'ici 2050. La Corée du Sud est ainsi le premier pays en Asie orientale ayant défini un délai ferme pour le combat contre le changement climatique. De premiers efforts avaient déjà été entrepris en 2017 avec le "Plan de mise en place d'énergies renouvelables 2030", dans lequel le biogaz jouait un rôle essentiel. Toutefois, le marché du biogaz n'a pas réussi à s'établir comme souhaité jusqu'à présent. Cela est dû au manque de maturité des technologies de certains acteurs sur le marché, ce qui rend le processus de méthanisation de la biomasse en biogaz souvent inefficient. Mais cela doit changer maintenant.

Suite à ce retour d’expérience, il était alors logique que WELTEC BIOPOWER remporte cette commande à Gyeonggi-do. Le spécialiste allemand en biogaz est reconnu dans le monde entier pour ses installations technologiquement élaborées et a été distingué avec plusieurs Awards internationaux pour ses unités de biogaz. Par ailleurs, WELTEC s'était déjà chargé des études et de la construction de deux unités de biogaz en Corée du Sud en 2012 et 2016, qui étaient basées sur la fermentation de résidus organiques. De plus, les deux usines sont parfaitement adaptées aux conditions régionales et présentent un degré élevé de disponibilité ainsi qu’une bonne rentabilité.

Particulièrement dans l'unité moderne de Gyeonggi-do, cette expérience de WELTEC dans le secteur des déchets joue un rôle prédominant. Il faut savoir que les deux bioréacteurs traitent tous les jours plus de 250 tonnes de restes alimentaires. Comme le déclare Vladimir Bogatov, le responsable commercial, "pour cela, nous avons spécialement adapté les deux fermenteurs de 6.200 et 2.700 mètres cubes nouvelle génération en acier inoxydable duplex de haute qualité aux conditions présentes sur le site. Comme il n'y a que peu d'espace sur le terrain, les cuves sont très hautes et fines avec leurs 8,80 mètres", l’explique Bogatov à propos du format tout à fait particulier.

Les autres composants présentent aussi une conception individuelle : ainsi, lorsque les matières premières arrivent sur le site, elles ont déjà été traitées et alimentent l'installation sous forme d'un mélange liquide tout prêt. Comme le révèle Bogatov, "nous allons équiper les cuves en amont avec une technique de brassage et de pompage spécifique pour que le prétraitement soit efficace". Le biogaz neutre en CO2 est transformé en chaleur dans des brûleurs à gaz ayant une puissance thermique de sept mégawatts. Vladimir Bogatov poursuit : "L’automate LoMOS sur base d’une logique programmable que nous avons développé nous-mêmes assurera que les substrats seront pompés automatiquement des cuves en amont vers les digesteurs, pour garantir au final une alimentation continue en chaleur." Le cycle pérenne se termine avec le traitement des résidus de fermentation par une étape d'épuration. La matière solide restante est ensuite compostée.

La caractéristique essentielle du projet est la transformation efficiente en chaleur du multi-talent qu’est le biogaz. En Corée du Sud, la loi soutient l'utilisation de chaleur verte et durable. De ce fait, le vecteur énergétique respectueux de l'environnement issu d'usines de méthanisation techniquement éprouvées pourrait très bientôt développer encore plus son potentiel.

Retour en haut de la page